Show Navigation

Ouragan Irma – Un avertissement pour les climatosceptiques ?

By Bordelaise By Mimi On vendredi, septembre 08 th, 2017 · 34 Comments · In Divers

J’avais prévu de vous parler beauté et e-shop green cette semaine sur le Blog. Mais vu l’actualité, c’est de l’ouragan Irma, de réchauffement climatique et de véganisme dont nous traiterons aujourd’hui. Quel lien y a t’il me direz vous entre réchauffement climatique et mouvement vegan. Et bien plus que vous ne le pensez en vérité. Et ça, je ne l’ai découvert que bien tard.

Si j’ai décidé il y a plus d’un an de devenir végétarienne, c’est d’abord pour les animaux. En effet, après avoir découvert les vidéos et le travail de l’association L214, ainsi que le livre “Antispéciste” d’Aymeric Caron, il m’est devenu inconcevable de manger mon prochain. Mais ma décision de ne plus consommer ni viande, ni poissons a évolué en visionnant il y a quelques semaines les documentaires Cowspiracy et What the Health. Car aujourd’hui si je suis végétarienne, c’est aussi pour la planète.

L’Ouragan Irma, comment en est on arrivé là ?

Pour avoir vécu un an à St Martin et y être allée plusieurs fois en Août et Septembre il y a quelques années, je peux vous confirmer que ce type de tempête est fréquent à cette époque. En effet, le mois de Septembre fait parti de la période dite “Cyclonique”. Et il est souvent déconseillé de voyager à St Martin en Septembre car d’une, c’est la basse saison et beaucoup de magasins, restaurants sont fermés, mais également par ce que l’île est sujette à différents événements météorologiques type tempête tropicale et ouragan (j’ai vécu les deux, version faible intensité, et je peux vous dire que ce n’est pas rassurant du tout).

Mais comment se forme ce type de phénomène? Comment peut on passer d’une simple tempête à un ouragan de force 5 ? Comme l’explique LeFigaro.fr, “les tempêtes tropicales comme Irma sont des dépressions qui, au contact de mers chaudes, prennent de l’ampleur jusqu’à devenir des tempêtes dévastatrices lorsqu’elles atteignent les côtes et l’intérieur des terres. (…) Avec le réchauffement climatique, ce genre de phénomènes se multiplie.”

 

formation ouragan irma

Formation de l’Ouragan Irma – Le Figaro

 

Il faut savoir que les ouragans de catégorie 5 sont les plus dévastateur. De part leur puissance extrème, ils peuvent détruire les habitations et arracher entièrement les toits et fenêtres. D’autre part, les pluies torrentielles dut à ce phénomène climatique sont un véritable danger pour la populations et les habitations susceptibles de finir complètement inondées. Enfin les pénuries d’eau potable, de nourritures et les coupures d’électricité peuvent parfois durer plusieurs jours voir plusieurs semaines.

Y aura t’il davantage d’ouragan les prochaines années ? Par forcément d’après les climatologues. Mais ils seront plus intenses, plus dévastateur. D’après Anders Levermann, chercheur au Potsdam Institute for Climate Impact Research, “Le changement climatique ne crée pas ces tempêtes mais il accentue leurs impacts.” D’autre part,  comme l’ explique Valérie Masson-Delmotte, membre du GIEC, groupe de référence au niveau mondial sur le climat, “Des cyclones d’une intensité plus grande sont l’une des conséquences attendues du changement climatique. Plus la température de l’eau et le taux d’humidité sont élevés, plus le cyclone peut prendre de l’intensité. Or, ces deux éléments sont plus intenses du fait de l’augmentation de l’effet de serre” (FranceTVinfo.fr).

 

ouragan irma photo satellite

Ouragan Irma traversant les Caraïbes – photo satellite Météo France

 

Quel lien entre ces ouragans de plus en plus intense et le mouvement vegan ? On va y venir.

Comment peut on lutter efficacement contre le réchauffement climatique?

C’est une question que nous sommes nombreux à nous poser. Et comme peut être beaucoup d’entre vous concernés par la chose, nous essayons avec mon amoureux de mettre certains petits gestes simples en pratique pour limiter notre impact néfaste sur la terre. En effet, nous privilégions le vélo plutôt que la voiture, nous trions et essayons de réduire nos déchets en achetant le plus souvent en vrac et en privilégiant les contenant en verre plutôt qu’en plastique. Et pour limiter notre impact carbone, nous achetons en grande majorité nos fruits et légumes bio et locaux au marché des Capucins à Bordeaux. Enfin on s’était même procuré “Famille Zéro Déchet – Ze Guide” pour vous dire à quel point nous étions motivés. Mais quand j’ai visionné pour la première fois Cowspiracy, grosse claque.

En effet, comme le réalisateur de Cowspiracy, Kip Andersen, moi aussi j’ai été bouleversé par des reportages sur la pollution et le réchauffement climatique, et en bonne petite, j’ai décidé de changer mes habitudes en prenant des douches plutôt que des bains, en me déplaçant à pieds ou à vélo plutôt qu’en voiture… Même Doudou a suivi, convaincu que c’était de très bons gestes pour la planète. Alors ce n’est pas grand chose. Mais comme dirait Pierre Rabhi, on fait notre part de Colibri. Malgré tout, on se demande quand même parfois si cela sera suffisant et si il n’y aurait pas d’autres causes responsables des grands problèmes écologiques comme la déforestation, la pollution de l’eau, la destruction des océans et l’ émissions de gaz à effet de serre.

 

cowspiracy Le secret de la durabilité

Cowspiracy – Documentaires de Kip Andersen et Keegan Kuhn

 

Kip Andersen lui aussi s’est posé la question et en menant ses investigations, il a été forcé de constater que la cause principale des problèmes environnementaux tels que la déforestation, la pollution de l’eau, l’acidification des océans ou les émissions de gaz à effet de serre est l’élevage industriel. En effet, dans Cowspiracy, Kip Andersen dénonce le fait que l’élevage industriel détruit la planète, et ce, en s’appuyant sur un rapport très officiel des Nations-Unies, qui atteste que l’élevage intensif est en réalité la première cause de problèmes environnementaux, devant même les transports ou l’industrie pétrolière.

Cowspiracy démontre également que l’agriculture produit assez de nourriture pour l’équivalent de 12 milliards de personnes environ, et que la moitié des ressources en céréales et légumes sont destinées à l’élevage, alors que la planète compte 7 milliard d’habitants et qu’1 milliard de personne meurt de faim. Quand au documentaire What the Health, il est dans la continuité de Cowspiracy et, toujours avec Kip Andersen, par le biais de témoignages d’agriculteurs, de médecins et d’autres experts de la santé, confirme les dangers pour la santé et l’environnement des aliments provenant de l’élevage intensif des porcs, boeufs, poules, … 

 

cowspiracy leonardo dicaprio

Cowspiracy – Découvrez comment l’élevage intensif détruit notre environnement

 

Malheureusement, et ceux pour des histoires de gros sous et de lobbies super puissants, ces informations restent très confidentiels, bien loin du grand public. Et c’est ce qu’ont voulu dénoncé les auteurs du documentaire Cowspiracy, produit d’ailleurs par Leonardo DiCaprio, très engagé pour l’environnement.

Alors on fait quoi pour lutter contre le réchauffement climatique ?

Vous l’aurez compris, zapper le bain et faire de la byciclette en laissant votre voiture au garage ne suffira pas à lutter contre le réchauffement climatique. Certes, c’est un bon début, comme trier et réduire ses déchets. Mais ce qui pourra vraiment impacter sur la cause principale des émissions de gaz à effet de sert, c’est notre façon de consommer. Et là vous vous dites “Ça y est, la Mimi elle veut qu’on devienne tous vegan” ou pire “Haaa! Je m’en doutez, c’est un complot vegan!”. Bah oui, c’est bien connu, nous les vegétariens/végataliens, on adore comploter derrière nos plants de tomates en bouffant du quinoa!

Non, blague à part, je ne suis pas là pour vous dire Go Vegan! Je ne le suis pas moi même (je consomme encore parfois des oeufs et du miel ). Et je pense que le fait de choisir d’être végétarien ou végétalien est un peu comme une religion, ça reste un choix privé. De plus, certaines populations nomades vivants dans des contrées hostiles en mourraient. Mais concrètement, réduire au moins notre consommation de viande nous permettrait d’avoir un sursis et de préserver notre jolie planète. (lemonde.fr / Que se passerait-il si tout le monde était végan ?).

 

impact alimentation environnement

L’impact de l’alimentation sur notre environnement – Food Watch

 

L’enjeux est vital. Car vegan ou pas, nous sommes tous sur le même bateau. Et Emmanuel Macron, à juste titre, nous l’a assez répété “Il n’y a pas de plan B car il n’y a pas de planète B”. Et ce n’est pas les industriels qui vont se dirent ” Tient, et si on réduisait, voir arrêtez, l’élevage intensif de porcs, boeufs et poulets, comme ça, pour voir ?”. C’est à nous, consom’acteur de faire bouger les choses et de dire non à l’élevage intensif en faisant preuve de bons sens. Car aujourd’hui les faits sont là, c’est bien l’élevage industriel qui est en grande parti responsable des gaz à effets de serre, du réchauffement climatique et de ces ouragans dévastateurs.

J’espère que cet article sur vous aura apporté quelques éléments nouveaux sur les conséquences du réchauffement climatique et ces ouragans meurtriers tel Irma ou Harvey. Nous pourrions échanger encore des heures sur ce juger, mais le mieux reste encore de visionner Cowspiracy pour ceux qui ont Netflix. Le sujet est traité pas à pas, avec tous les schémas, chiffres et interview nécessaires pour comprendre l’enjeux vital qui est aujourd’hui de diminuer notre consommation de viande, afin de pouvoir encore vivre des jours heureux sur notre planète.

D’autre part, nous avons suivi avec tristesse la progression de l’Ouragan Irma sur St Martin, et les dégâts causés par les vents dévastateurs. Nous sommes inquiets pour les amis restés sur place. Nous espérons qu’ils sont sains et saufs, et que cette île magnifique pourra se relever une fois encore …

sxm-st-martin-grand-case-avant-irma

St Martin – Quartier de Grand Case

Liens & Infos Utiles:

 

Ouragan Irma – Un avertissement pour les climatosceptiques ? – Bordelaise by Mimi – Blog Food Beauté Lifestyle à Bordeaux
Avatar

About the author

  1. wow merci pour ton article. J’ai vu le documentaire WTH et ça m’a ouvert les yeux sur cette grosse mascarade qu’est l’industrie agro-alimentaire. Du coup, j’ai réduit ma consommation de lait et viandes mais c’est un peu lent car j’en consommais beaucoup, mais quand je vois les effets sur mon corps, ma peau, je me dis que j vais y arriver. Je n’ai pas encore vu “cowspiracy” hâte de le voir. Je ne savais pas du tout que les complications climatiques étaient dû à cette industrie… c’est tellement triste d’être dominé par ces individus qui se font de l’argent sur la santé des gens 🙁
    J’espère que ce genre de documentaires gagnera de plus en plus en notoriété. Merci! Johanna.

    • Hello Johanna,
      effectivement, c’est assez choquant de voir que l’élevage intensif est responsable de la majorité des émissions de gaz à effet de serre et donc de la pollution. Réduire sa consommation de lait et de viande est déjà un super effort. C’est des changement qui se font petit à petit car on est habitué à manger de la viande et des produits laitiers tous les jours. Mais comme tu dis, quand on voit le bien que cela fait à notre santé, notre peau, … on ne peut plus revenir en arrière.
      Biz et bonne aprem 🙂

  2. Coucou !
    Malheureusement, le climatoscepticisme est une forme de croyance : donc rien ne le démonte, ni la raison, ni les faits.
    A force, peut-être…
    Bisous

  3. Coucou ma belle, j’ai lit avec grand intérêt ton article que ma paru vraiment intéressant! Je suis d’accord avec toi à 100% ! Sans devenir vegan, je crois qu’on peut faire déjà pas mal de choses pour la planete. Chez moi, on consomme de moins en moins de viande, une fois par semaine et encore..idem pour le poisson (que d’ailleurs est de plus en plus polué). Le lait de vache ça fait des années que je ne boit pas un goûte et petit à petit avec mes laits vegetales je suis en train de convertir à ma petit famille. C’est sûr qu’on a pas mal des choses à faire mais le plus difficile à faire vient de la haut, tant que les gouvernements ne se mettent pas dans le cerveau que la planète est la préocupation numéro 1, on pourra pas avancer comment il faut. Bisous

  4. Coucou Mimi,
    J’avais lu ton article à sa sortie, mais je n’avais pas pris le temps de t’écrire.
    En tout cas, bravo. C’est pour ça que j’aime ton blog. On parle beauté, lifestyle et des sujets moins légers, comme celui-ci.
    J’ai été élevée dans le respect de l’autre et de la planète, ses petits gestes ne me sont donc pas inconnus, même si j’aimerais en mettre d’autres en pratique. En tout cas, ce qu’il nous manque, c’est une véritable prise de conscience. Tout le monde devrait lire ton post.
    A très vite. Bisous

    • Merci pour ton message 🙂 Chaque petit geste compte pour sauver la planète. “Les petits ruisseaux font les grandes rivières” 🙂 Mais pour renforcer le pouvoir de chacun de ces petits gestes, une prise de conscience général est nécessaire. Et je pense que c’est aussi au gouvernement de jouer un rôle majeur en sensibilisant les gens sur leur manière de consommer et de manger, en leur disant la vérité sur les effets néfastes de l’élevage intensif et de la viande (si elle est consommée tous les jours), et en arrêtant de le balancer des mensonges à la TV comme “Les produits laitiers sont vos amis pour la vie”. C’est juste du marketing.
      Bisous ma belle et à bientôt

  5. Je n’y connais pas grand chose, par contre j’ai lu avec beaucoup d’interêt ton billet
    C’est passionnant comme sujet et tellement difficile de tout changer
    Pourtant je fais tout pour, je marche, je mange de moins en moins de viande, j’achète local mais j’ai encore du boulot à faire
    Bisous Mimi

    • Merci pour ton message 🙂 Effectivement, ce n’est pas évident de tout changer d’un seul coup. Mais comme on dit, petit à petit, l’oiseau fait son nid 🙂 Perso, je pense qu’il ne faut pas de mettre la pression et faire les choses à son rythme; doucement mais surement. Et si comme toi chacun s’y met petit à petit, on peut changer les choses 🙂
      Bisous et bonne aprem 🙂

  6. Merci pour cet article très instructif. Il est bien entendu que la nature prendra toujours le dessus, surtout quand on voit ce que l’homme en fait. Et je pense en effet que malheureusement, les catastrophes naturelles seront de plus en plus énormes et destructrices, voire meurtrière.
    Je ne suis pas vegan et je ne pense pas le devenir un jour, du moins entièrement. Toutefois, on fait désormais attention à la viande que l’on consomme : au départ, il était inconcevable pour mon mari de ne pas manger de viande tous les jours, maintenant, on consomme différemment.
    Et au delà de ça, comme tu le dis, je reste malgré tout convaincu que l’effet colibri pourrait faire réellement beaucoup si et seulement si tout le monde jouait vraiment le jeu.
    Malheureusement, à notre époque, tout ça, c’est pas assez tendance … même si on a en effet de plus en plus d’acteurs ou célébrités engagées pour essayer de faire passer des messages … les gens aiment trop leur société de consommation que j’appelle société de destruction … On veut tjs plus, quitte à faire crever le reste (les autres, les animaux, les arbres, les micro organismes etc etc)

    • Hello! Les climatologues et scientifiques du monde entier le disent: Il n’y aura pas forcément plus d’ouragan, mais ils seront plus fort, plus dévastateur que jamais. Le réchauffement climatique du aux gaz à effets de serre amplifie ces catastrophes et les rends toujours plus meurtrière. D’où l’importance aujourd’hui de réduire ces émissions de gaz, du en majorité aux gaz rejeté par les industries de l’élevage intensif (bœufs, vaches, cochons, poules, ..). Et pour cela, sans être vegan ou vivre en ermite dans la forêt, il faut réduire (voir stopper) notre consommation de viande et consommer moins, mais mieux, local et durable 🙂
      C’est sure que parfois, on a l’impression que nos actions sont une goutte d’eau dans la mer, mais si chacun fait “sa part du colibri”, petit à petit, les choses peuvent changer 🙂 Et c’est une manière aussi de sensibiliser notre entourage, nos amis, notre famille et surtout nos (futurs) enfants car c’est à eux qu’on va laisser la planète…

  7. Quelle tristesse cet ouragan, heureusement que le 2e qui devait leur passer dessus n’a pas été aussi fort que prévu :/ je mange très peu de viande au quotidien car je n’aime pas ça plus que ça mais en lisant ton post je vois bien le lien entre la préservation de l’environnement et une consommation plus responsable. des bisous ma douce!

    • L’île de St Martin a été complètement dévasté par l’Ouragan Irma. Certaines personnes ont tout perdu. Et il faudra des mois avant que SXM puisse se relever. C’est malheureux mais il faut qu’il y est des ouragan de force 5 pour que les gens commencent à réaliser que le réchauffement climatique dû au gaz à effet de serre, c’est pas de la blague, c’est vraiment dangereux pour la planète. Et aujourd’hui, l’industrie la plus polluante est l’élevage intensif (boeufs, vaches, porcs, poulets, …). Si bien que le meilleur moyen de contribuer à réduire ces émissions de gaz, c’est de réduire considérablement sa consommation de viande, oeufs et laitage.
      Bisous ma belle et bonne aprem

  8. Coucou !

    Merci pour cet article hyper intéressant. De notre côté nous ne sommes pas végétariens car nous consommons de temps en temps de la viande.
    J’aimerai y venir petit à petit mais c’est un peu plus dur du côté de mon copain.
    On a déjà réduit notre consommation et nous ne mangeons pas de la viande / poisson tous les jours. J’essaie de trouver des alternatives et lui fait goûter le tofu, les steacks de soja etc.
    Nous recyclons, on limite les déplacements perso en voiture, on a la chance de ne pas travailler loin de notre domicile donc on fait du coivoit’.
    J’essaie de réduire mes déchets également.
    Ca serait bien qu’il y ait une prise de conscience générale et que tout le monde fasse des efforts pour réduire puis stopper la consommation de viande.
    Malheureusement j’ai l’impression que tout le monde regarde son petit nombril et c’est pas rassurant.

    Bisous !

    • Hello Amandine,
      c’est déjà un grand pas de réduire sa consommation de viande/poisson mais également les déplacements perso en voiture. Et aujourd’hui on trouve pas de livre de cuisine simple et pratique pour s’essayer à la cuisine vegan ou végétarienne 🙂 ça peut être un bon coup de pouce pour végétaliser son alimentation.
      Sinon je suis bien d’accord avec toi, une prise de conscience générale est aujourd’hui nécessaire si on veut préserver notre planète. Et réduire (voir stopper) sa consommation de viande, œufs, et produits laitiers est aujourd’hui le meilleur moyen de réduire la pollution et les émissions de gaz à effets de serre.
      Bisous 🙂

  9. Hello,
    Super article, hyper intéressant. Ça fait vraiment peur… si on continue comme ça, la planète va complètement mourir. Il va falloir réagir à un moment, mais c’est compliqué.
    Bises

    Lice – http://www.leblogdelice.com

    • Coucou Alice,
      comment vas tu ? Effectivement, si on ne réagit pas tout de suite, la planète va mourir à petit feu… On se tire une balle dans le pied en surconsommant viande, oeufs et laitage (et je ne parle même pas des fringues, accessoires, téléphones,…). Diminuer sa consommation de viande est aujourd’hui un acte citoyen pour la planète.
      Bisous et bonne aprem

  10. Coucou ma belle,
    Voilà un article hyper intéressant et j’espère que beaucoup le liront !
    Perso je ne suis pas vegan mais je ne mange presque jamais de viande, je consomme du poisson (sauvage) et parfois des oeufs BIO et j’essaie maintenant de trouver carrément de petits producteurs et pour le lait, au resto je ne fais pas attention mais dans la vie de tous les jours mon petit chouchou c’est le lait d’amandes 🙂
    Mais si j’essaie de faire encore mieux beaucoup n’ont pas conscience du problème j’ai l’impression alors comment sensibiliser le plus grand nombre ?
    Des bisous à toi et bravo pour ce bel article ! <3

    • Hello ma belle,
      chacun fait sa part du Colibri, et c’est ce qui fera bouger les choses. Choisir des oeufs bio de poules en plain air et nettement meilleur, et pour la santé, et pour les poulettes, et pour la planète 🙂 Et je lis que tu as réduit ta consommation de viande. C’est déjà un grand pas. Alors c’est vrai, beaucoup de personnes n’ont pas conscience que notre mode consommation impacte la planète. Et il faut dire que le gouvernement et les médias se gardent bien de nous en avertir. Mais grâce à des mini vidéo du journal Le Monde, info.viande ou encore les reportages Cowspiracy, What the Healh et The True Cost, on peut vite se rendre compte que nous devons consommer moins mais mieux si nous souhaitons conserver notre belle planète 🙂
      Bisous et bonne soirée 🙂

  11. Très intéressant cet article, effectivement cela fait réfléchir… et l’humain ne peut finalement rien contre la nature !

  12. Coucou
    Voici encore une fois un article extrêmement bien détaillé et documenté. Je pense qu’on peut tous agir contre les réchauffement à notre échelle mais malheureusement certaines grandes puissances freinent indéniablement de part leurs décisions…

    • Effectivement, dés qu’il est histoire de gros sous, les lobbies surpuissants, tel que celui de la viande et des produits laitiers, graissent la patte des gouvernement pour que ce genre d’info n’arrive pas jusqu’au peuple. Heureusement, il y a des journalistes qui enquêtent, se renseignent, investiguent pour faire éclater la vérité au grand jour. Et c’est ce que fait Cowspiracy! Ce documentaire montre l’envers du décor et prouve bien que l’élevage intensif détruit la planète. C’est en refusant de manger de tels produits qu’on arrivera à faire bouger les choses.

  13. Merci pour ton article très intéressant et utile !

    • Je t’en prie 🙂 Je suis encore scotché de voir les ravages qu’à fait l’Ouragan Irma à St Martin et St Barth… Je ne parle même pas de la Floride qui est sous les eaux … On peut encore changer les choses! Il suffit de consommer moins, mais mieux 🙂
      Bisous Emilie et bonne soirée

  14. Hello! Ton article est très intéressant et très bien documenté. Comme toi j’essaye de faire ma part des choses, je ne suis pas vegane et je ne sais pas si je le deviendrai, mais tout au moins, j’ai quasiment supprimé viande et poisson, yaourts également et désormais je fais la chasse aux produits industriels. J’ai déjà noté de lire antispéciste suite à ton article dessus, mais je lis lentement alors ça pourrait être dans longtemps, je vais beaucoup plus rapidement voir ces documentaires du coup, surtout que j’ai Netflix!!

    • Très bonnes démarches. Les produits industriels bousille notre santé. Idem pour les laitages et la viande si on en consomme tous les jours. Diminuer sa consommation de viande, poissons, oeufs et produits laitiers est déjà une excellente démarche pour sa santé et pour la planète. Sinon vu que tu as Netflix, je te recommande Cowspiracy mais également What the Healh (plus accès sur les méfaits des produits industriels et de l’élevage intensif sur la santé) et The True Cost – Le vrai prix de la Fast Fashion (ou comment Zara, Mango et H&M détruisent des vies et polluent la planète). Quant à Antispéciste, je les lu en plusieurs fois car c’est un gros bouquin. Mais on apprend des trucs fascinant sur les animaux et l’Histoire de l’homme en général!
      Bisous et bonne soirée

  15. Merci pour cet article très intéressant, et surtout, très détaillé ! A la lecture de tes recherches, j’ai comme l’impression que finalement, c’est à chaque fois l’excès qui tue toute chose. Élevage intensif = trop de pollution et de de gaz à effets de serre. Agriculture intensive = trop de pesticides et de pollution des eaux. Et si on élimine l’un, on accentue l’autre, c’est comme choisir entre la peste et le choléra. Alors comment faire pour éliminer les deux à la fois ? A ce jour, l’agriculture biologique est beaucoup trop lente et coûteuse pour permettre de remplacer complètement l’agriculture intensive, en particulier avec la demande végétarienne qui augmente drastiquement. Il n’y a pas assez de candidats pour occuper ces postes qui nous semblent indispensables, mais qui laissent ces agriculteurs sur la paille (sans mauvais jeu de mots). Le père de mon chéri cultive lui-même certaines denrées sur ses quelques hectares, de manière douce et non agressive. Il souhaitait en ce sens développer une entreprise locale et obtenir le label bio, sans forcément chercher à devenir une multinationale, seulement pour satisfaire les gens de sa région. Au final, les équipements, normes sanitaires et autres conditions légales sont tellement chères et nombreuses que cela a découragé mon beau-père, qui a finalement décidé de ne monter aucune entreprise bio. Je trouve que s’engager soi-même à améliorer sa consommation part d’un beau sentiment, mais malheureusement si aucune action politique ne permet de changer les choses, et de réduire les coûts en faveur de ces agriculteurs bio, cela risque malheureusement de créer un contrepoids très désagréable, car la demande végétarienne/vegan augmente désormais plus rapidement que les entreprises bio elles-mêmes. Aujourd’hui, ce sont les entreprises qui rapportent le plus qui gouvernent, et les dés-enrichir est très difficile ; si demain la France entière décidait de ne plus consommer de viande, cela serait sans doute un succès pour démembrer ces firmes, mais en parallèle, la demande pour les denrées végétariennes augmenterait d’un seul coup aussi, et l’agriculture bio n’aurait pas le temps de s’adapter à cette large demande. Sans action politique progressive, le seul combat des consomacteurs risque de créer un nouveau problème de pénurie. Faire sa part du colibri est une excellente chose, mais si le but est vraiment d’améliorer la situation de tous, il faudrait alors que le gouvernement lui-même mette en place un plan d’action en ce sens. L’un des problèmes de l’Afrique pour se nourrir, en dehors des nombreux conflits et fléaux naturels qui n’aident pas à faire perdurer une production saine et régulière, réside aussi dans la politique agricole qui n’a pas suffisamment insisté sur l’importance de l’accompagnement des producteurs dans la culture des terres. L’Afrique a suffisamment de terres et d’hommes pour nourrir sa propre population. Et pourtant, elle a besoin d’importer ces mêmes denrées pour sustenter à ses besoins, et encore, très difficilement. Comment imaginer qu’une telle situation puisse exister ? Au lieu d’aider les gens à produire sur place, on leur apporte les produits qui leur manquent, ce qui part d’une bonne intention, mais qui ne peut pas résoudre le problème sur le long terme.
    Pour résumer (désolée pour ce roman haha), je pense que ton article est très utile, car il permet d’adopter la bonne démarche de consommation pour les années à venir. En revanche, je reste persuadée que si nous voulons vraiment faire progresser les choses sur le long terme, c’est aussi au niveau du gouvernement, et des allocations dédiées à l’agriculture biologique, qu’il faut réfléchir.
    Je te souhaite une belle journée, gros bisous !

    • Hello Marion,
      comment vas tu ? Pas de soucis pour le commentaire. Le blog est un espace d’échange et de discussion. Même à rallonge, je lis tous les commentaires 🙂 Effectivement, c’est la surconsommation qui nous mènera à notre perte. Surconsommation d’objets connectés, surconsommations de vêtements (souvent issus de la Fast Fashion – Zara, Mango, H&M …) mais aussi la surconsommation de viande. Cette dernière est totalement liée avec notre mode de consommation excessif et le résultat est l’élevage intensif, industrie extrêmement polluante pour notre planète.
      Comme tu le résumes bien, ” Elevage intensif = trop de pollution et de de gaz à effets de serre. Agriculture intensive = trop de pesticides et de pollution des eaux”. Cependant il n’y a pas à choisir entre Elevage Intensif ou Agriculture Intensive. Le problème avec l’agriculture intensive aujourd’hui, c’est qu’elle nourrit les hommes et mais qu’elle sert également à l’élevage intensif pour nourrir toutes ces bêtes (bœufs, vaches, cochons, poules, poissons) qui vont mourir également. Or aujourd’hui nous sommes trop sur la planète pour pouvoir manger de la viande à tous les repas. Quelqu’un paie le prix de cette frénésie, et c’est la planète (les animaux et notre santé également). Il suffirait que l’agriculture ne nourrisse que les êtres humains et des animaux non exploités (poules, chèvres, vaches,… vivant paisiblement dans un jardin ou une prairie) pour produire moins, mais mieux, des fruits, légumes, céréales et légumineuses.
      Comme je l’explique plus haut (au dessus de la photo de Leonardo Dicaprio), l’agriculture produit aujourd’hui assez de végétaux pour 12 milliards de personnes (et nous sommes 7 milliards). Le problème est que la moitié de ces végétaux est destiné à nourrir les élevages intensifs, des poules, vaches et cochons vivant dans des conditions effroyables et destinés à mourir. D’où le problème de faim dans le monde (1 milliards de personnes) et de surconsommation de végétaux, et ce, à cause des élevages intensifs. De cette surconsommation de végétaux en résulte la déforestation (surtout de la forêt amazonienne) vu qu’il faut toujours plus de terres cultivables pour produire du soja, du blé pour nourrir ces bêtes qui vont finir à laboratoire.
      Alors là je vous explique ça avec mes petits mots et en résumé. Mais le mieux reste encore de regarder Cowspiracy. Ce reportage vous expliquera bien mieux les choses que moi, chiffres, enquêtes et témoignages à l’appui.
      Quant aux agriculteurs qui veulent passer au bio, je pense que le gouvernement devrait les soutenir davantage, autant moralement que financièrement. D’autre part, consommer locale et de saison est déjà pas mal et à la portée de tous. Sans avoir un label bio, on peut en tant qu’agriculteur cultiver de façon naturelle, sans produits chimiques bousillant le sol et les végétaux, et rejoindre une Amap plutôt que la grande distribution qui au final, n’est là que pour faire du chiffre sur le dos des agriculteurs.
      Bref, moi aussi je crois que j’ai écris un roman ^^ J’espère juste que cet article vous encouragera tous à faire votre part du colibri 🙂
      Bisous et bonne soirée 🙂

  16. Je suis d’accord avec toi mais on parle toujours de prendre le vélo à la place de la voiture, mais l’avion avec toujours plus d’ouvertures de lignes? Les bateaux de croisières qui même en restant à quai pollue énormément?? C’est toujours le “petit” qui doit faire des efforts mais les autres.. Je fais attention autant que je le peux mais tant qu’il y en aura qui s’en foutront (sans parler des gros pollueurs comme la Chine et cie..) ça va être compliqué. Mais tout ceci me révolte! J’aimerai avoir des super pouvoirs pour aller botter les fesses de certain(es)!

    • Tous les transports utilisant du pétrole sont vecteur de pollution, on ne va pas se le cacher. Et c’est très bien expliquer dans Cowspiracy sur Netflix. Mais ce qui est fou c’est de savoir que, même si on réunis tous les type de transport polluant (voiture, moto, avion, bateau à moteur…), ces derniers regroupés polluent moins que l’élevage industriel de porcs, boeufs, cochon.
      Bien sur qu’il est toujours préférable de prendre la bicyclette plutôt que sa voiture, mais aujourd’hui, ce qui peut faire la différence, c’est notre manière de nous alimenter. Réduire sa consommation de viande et passer à une alimentation végétale est la meilleur manière de réduire notre empreinte carbone sur cette terre. Le seul moyen conséquent aujourd’hui de réduire considérablement les émissions de gaz à effets de serre.
      Tu parles également à juste de titre de la Chine, un pays qui fait aujourd’hui parti des gros pollueur. Là aussi, il n’y a pas 50 façons de faire bouger les choses: commençons par arrêter d’acheter des vêtements et accessoires made in china, vêtements confectionnés par des esclaves modernes, à bases de cotons bourrés de pesticides et de teintures chimiques. La Fast Fashion détruit aussi peu à peu les planètes et les être qui sont plus victimes qu’employés. Idem pour nos téléphones fait par des petites (jeune?) main en Chine. Il existe aujourd’hui des téléphones plus éthiques comme ceux de la marque Fairphone.
      Bref, même si aujourd’hui les Grand Gros Pollueurs ne se sentent pas concernés, c’est à nous consom’acteurs de faire bouger les choses. Acheter c’est comme voter, un choix. Alors choisissons le coté green de la force. Ça ne pourra qu’améliorer notre sort, celui des animaux et de la planète!
      Sur ce bisous et bonne soirée 🙂

  17. Coucou ma belle
    Ton article est très intéressant et m’a appris un tas de choses. Mes pensées vont vers les gens malheureusement touchés par cet ouragan.
    Je vais aller regarder la video dont tu parles la semaine prochaine. Tout le monde doit prendre conscience qu’il faut agir et quand je vois des gens jeter des sacs de détritus sur le bas côté des routes par exemple ça me mets dans un état de nerf! Rien que ça les gens ne le respectent pas alors j’ai peur pour l’avenir car même si de plus en plus de personnes ont pris conscience du mal qu’on peut faire à notre planète on est pas assez nombreux!
    Mais merci pour ce message qui j’espère ouvrira les yeux à beaucoup
    Gros bisous
    S

    • Hello!
      Comme toi les bras m’en tombent quand je vois encore des gens jeter leur détritus par terre ou leur papier par la fenêtre de leur voiture! Quel gâchis pour notre planète. Il faut des ouragans dévastateur comme Irma pour que les gens se rendent compte que la pollution, les changements climatiques, les gaz à effets de serre, c’est pas de la blague! Et aujourd’hui, le meilleur moyen de réduire au maximum ces gaz à effets de serre, c’est réduire (voir stopper) sa consommation de viande et de passer à une alimentation plus végétale, locale et de saison. D’ailleurs les vidéos et liens en bas de l’article l’explique bien, chiffres à l’appuis.
      Bisous ma belle et bonne aprem

  18. Coucou
    Très intéressant ton article. Et en effet tout est lié.
    Plus j’avance dans ma vie et je suis confrontée à différentes situations qui me prouvent à chaque fois que devenir végétarienne était vraiment la meilleure chose que j’ai pu faire jusqu’à maintenant !
    En espérant que beaucoup puissent ouvrir les yeux…!
    Bises, Clarisse

    • Hello Clarisse,
      comment vas tu ? Effectivement, tout est lié. Notre mode de consommation à forcément un impact sur les êtres qui nous entourent et sur notre planète. Réduire sa consommation de viande ou passer à une alimentation veggie/vegan va au delà du seul bien être animale et de notre santé. C’est aujourd’hui un acte nécessaire et engagé pour la planète! J’espère que beaucoup de personnes se rendront compte qu’en passant à une alimentation plus végétale (local et de saison), on peut, petit à petit changer les choses et préserver notre belle planète d’ouragan aussi terrible que Irma à St Martin et en Floride …

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Facebook
Facebook
Google+
Google+
https://www.bordelaise-by-mimi.com/ouragan-irma-un-avertissement-pour-les-climatosceptiques
Instagram
error: Contenu Protégé !